COVID-19 : APPLICATION DE L’URGENCE SANITAIRE DÉCRÉTÉE PAR LE GOUVERNEMENT

À TOUTES ET TOUS NOS MEMBRES,

Bonjour,

Un petit mot aujourd’hui pour vous faire part que votre syndicat est en contact constant avec les ressources humaines afin de mettre en place des moyens pour répondre à la demande du gouvernement Legault d’ouvrir des services de garde pour les services essentiels afin de prendre en charge les enfants des travailleurs de la santé.

La décision de l’employeur est la suivante ; il y a cinq (5) écoles qui ont été retenues afin d’offrir les services essentiels. Pour déterminer qui va être appelé à y travailler, l’employeur a décidé de procéder par un rappel à l’intérieur de l’école choisi, de façon volontaire par ancienneté. Par la suite, s’il n’a pas comblé tous les besoins, il fera un appel aux autres éducatrices et éducateurs volontaires, par ordre d’ancienneté sur la liste CSMB.

Pour les travailleuses et les travailleurs qui vont se porter volontaires, le taux horaire sera bonifié mais nous ne savons pas encore de combien. Le tout va être décrété par le gouvernement après que les centrales syndicales aient discuté avec lui cet après-midi.

Pour ce qui est des personnes qui seront à la maison durant les deux (2) prochaines semaines, comme vous l’avez vu dans la lettre du Directeur général, M. Dominic Bertrand, les employés réguliers seront rémunérés selon les modalités et le calendrier habituel.  En ce qui a trait au personnel non-régulier (paiement à la pièce), de l’information vous parviendra en début de semaine prochaine.

Vous pouvez consulter sur la page d’accueil de CLIC, à savoir les plus récentes informations sur le sujet. Nous vous invitons à consulter régulièrement votre courriel professionnel.

Nous vous informons également que le SEPB-579 reste disponible pour répondre à vos questions. Nous vous invitons à rester à l’affut de l’information que nous vous ferrons parvenir dans les prochains jours, soit par notre page Facebook (https://www.facebook.com/sepb579csmb/) ou sur notre site web (www.sepb579.org).

Autre point d’information, comme nous n’avons pas accès à notre bureau qui est situé dans une école, votre équipe syndicale va continuer à travailler en télétravail afin de pouvoir répondre à vos questions et inquiétudes quand même.  Dès lundi matin, les messages seront pris à distance et nous pourrons continuer à vous offrir le service.

En terminant, soyez assurés que nous continuons à communiquer avec l’employeur afin de pouvoir vous informer au fur et à mesure que la situation d’urgence sanitaire concernant le COVID-19 est maintenu. Nous vous rappelons que ce sont des mesures préventives afin d’éviter le nombre de cas atteints par la pandémie mondiale de Coronavirus. Nous vous encourageons à bien respecter les règles imposées par le gouvernement et notamment en ce qui concerne les personnes les plus vulnérables. De ce fait, si vous êtes membres d’une population à risque, soyez responsables et vigilants.

Sachez que les informations que nous vous communiquons sont sujettes à modifications au fur et à mesure de l’évolution de la situation et des communiqués reçus du gouvernement et de la direction générale.

Solidairement,

Manon Cholette, présidente du SEPB-579, au nom de votre comité exécutif.

Infos-579 : horaire de la semaine de relâche

FÉVRIER 2020

Chèr-e-s membres,

 

Nous vous rappelons que selon la clause 8-2.04 de nos Adaptations locales :

L’horaire de travail est réduit d’une demi-heure par jour durant la semaine de la relâche pour le personnel de soutien administratif et technique du secteur général et de l’adaptation scolaire.

Cet horaire de la semaine de relâche s’applique au personnel régulier et temporaire embauché pour une période prédéterminée de plus de six (6) mois consécutifs ou ayant obtenu son statut de plus de (6) mois du secteur général, de l’adaptation scolaire et aux techniciennes et techniciens au service de garde.

La Commission débite l’équivalent d’une journée régulière de travail pour la personne salariée absente. De plus, cette demi-heure quotidienne ne peut être reportée si elle n’est pas prise par la personne salariée, à moins d’entente avec le supérieur immédiat si ses services sont requis durant cette période.

Quant au personnel des centres, les directions appliquent l’horaire qui correspond aux besoins de leurs activités, durant la semaine de relâche.

Les dispositions sur les heures supplémentaires durant la période où l’horaire de la semaine de relâche est en vigueur sont appliquées seulement après la journée régulière ou la semaine régulière de travail définie à la clause 8-2.01. Toutefois, si la personne salariée est requise pour travailler au-delà de l’horaire réduit, elle a droit à un congé équivalent à taux simple devant être repris ultérieurement après entente avec son supérieur immédiat.

D’autre part, la convention collective ne prévoit pas de semaine de relâche pour le personnel* des secteurs général et de l’adaptation scolaire. La direction ne peut pas vous obliger à prendre des vacances ou des absences non payées. Vous avez le droit de travailler si vous le souhaitez. La plupart du temps, vous accumulez du temps compensé que vous récupérez lors de la semaine de relâche. Si ce n’est pas le cas et que vous souhaitez travailler, vous devez en informer votre direction, qui devra communiquer avec les ressources humaines au cas où la fermeture de votre école est prévue et maintenue. Sinon, votre direction vous mettra automatiquement en absence autorisée non payée.

 

Syndicalement,

Votre Comité exécutif.

 

 

*Personnel régulier, temporaire + 6 mois, temporaire prédéterminé +6 mois

Bulletin DS : Journée de reconnaissance du 14 février

Qu’est-ce que c’est une personne déléguée sociale (DS)? C’est une personne-ressource qui a le souci du bien-être des autres dans son milieu. Elle est souvent considérée comme la personne à l’écoute et capable d’aider sans jugement. Elle offre une aide d’égal à égal, confidentielle, accompagne et oriente la personne en difficulté vers les ressources en lien avec ses besoins.

Caractéristiques des personnes déléguées sociales :

> Avoir une facilité d’écoute

> Être empathique

> Être capable d’aider la personne à déterminer l’origine de ses problèmes

> Être capable de voir les forces chez l’autre

> Être capable de faire un accompagnement dans la recherche de solution

Nous souhaitons élargir notre équipe du Réseau DS au SEPB579, qui compte actuellement une dizaine de personnes. Nous aimerions qu’il soit représentatif de nos membres. Voilà pourquoi nous sollicitons aussi les personnes provenant de nos diversités culturelles.

Si les caractéristiques ci-haut mentionnées te représente et tu es intéressé(e) à te joindre à notre équipe, tu peux communiquer avec Josée Rouleau ou Chantal Touchet-Douaire par courriel ds@sepb579.ca jusqu’au 28 février 2020. Par la suite, un courriel sera envoyé aux personnes intéressées pour une rencontre en mars prochain.

PhotoCouvertureFB-V3

Info-Négo 2020 : La mobilisation approche

Comme nous le savons toutes et tous depuis la fin de l’année 2019, le gouvernement nous a fait une offre patronale déraisonnable. Une augmentation de 7 % sur 5 ans. Sachant que nous sommes à 6,6% en dessous du coût de la vie, et que nous sommes dans un contexte de surplus budgétaires, nous considérions que le personnel de soutien scolaire mérite mieux. Ce qu’il y a de mieux pour leur avenir et la sauvegarde de notre système public d’éducation. Nous considérons aberrant l’offre patronale et nous exigeons plus.

Nous devons nous battre pour assurer notre pérennité, notre engagement dans le système public. Nous devons lutter pour avoir de meilleures conditions de travail et des salaires à la hauteur de notre mission sociale. En effet, sachant que notre salaire annuel moyen à la CSMB est de 21 619$, nous comprenons qu’il se situe en dessous du seuil de pauvreté. Nous vivons dans la précarité, et le gouvernement fait la sourde oreille. Il refuse d’écouter le peuple québécois qui travaille dans les commissions scolaires et y envoie ses enfants.

Nous vous demandons donc de commencer à vous mobiliser en affichant vos couleurs sur les réseaux sociaux :

En postant notre vidéo en ligne : https://youtu.be/-wCuG4gVTvk

En remplaçant votre photo de couverture Facebook par celle-ci : https://www.facebook.com/833993036714800/photos/p.2719381921509226/2719381921509226/?type=1&theater

En entourant votre photo de profil Facebook de notre décor spécial négo :

Cliquez sur « mettre à jour » sur votre photo de profil.

Cliquez sur « ajouter un décor ».Faire une recherche pour trouver votre bon décor : cherchez les mots clé « SEPB-CNSS FRANÇAIS » et le décor (rond rouge) devrait apparaître.

Au besoin, repositionnez votre photo avec le curseur sous la photo ou en faisant glisser la photo avec votre souris. Quand ce sera fait, cliquez sur « utiliser en tant que photo de profil ».

Pour finir, vous savez que la loi sur l’abolition des commissions scolaires vient d’être adoptée sous bâillon. Nous le déplorons car elle est selon nous totalement inutile, va déstructurer le monde éducatif pour des économies de bout de ficelle, et augure d’une lente mais évidente privatisation de l’éducation publique. Notre service juridique est en train d’étudier la version finale. Nous vous ferons part le plus vite possible des problématiques éventuelles nous concernant dans cette nouvelle loi.

Solidairement,

Votre comité exécutif.

Infos-579 : Attribution des horaires modifiés en journée pédagogique (SDG)

FÉVRIER 2020

Chèr-e-s membres,

Vous êtes nombreux·ses à nous poser des questions sur l’attribution des horaires en service de garde lors des journées pédagogiques. La convention collective est claire (article 8-2.09, 4ème tiret, page 165) : « Durant les journées pédagogiques, les horaires modifiés sont offerts par ancienneté parmi le personnel régulier du service de garde ».

Dans une note de service du secteur de la Dotation datée du 3 octobre 2017, la CSMB expliquait :

Lorsque la Commission scolaire fait une offre de remplacement et qu’elle n’a pas précisé que les services de l’employé ne seraient pas requis durant les journées pédagogiques, la CS doit garantir, lors de ces journées, les heures que cette personne aurait faites si ce n’avait pas été une journée pédagogique, et ce, peu importe leur statut (régulier ou temporaire).

Partant de ce principe, lorsqu’on applique 8-2.09, nous devons offrir les horaires par ancienneté seulement aux personnes salariées régulières. Pour les employés temporaires, même si la Commission scolaire doit leur garantir également le nombre d’heures prévu à l’horaire, nous ne sommes pas obligés de leur offrir par ancienneté, car ils ne sont pas visés par la dernière phrase de la clause 8-2.09. Ce principe a une logique, car la temporaire moins ancienne pourrait avoir un remplacement comportant un nombre d’heures supérieur à une temporaire plus ancienne.

L’éducatrice ou l’éducateur en service de garde qui refuse le bloc d’heures qui lui est offert par l’application de l’ancienneté, peut demander un congé en fonction des banques conventionnées ou par le biais d’une absence autorisée non rémunérée.

Cela veut dire, qu’en fonction des besoins (nombre de groupes, nombre d’élèves par groupe, sortie scolaire ou non, etc.), la personne technicienne en SDG fabrique des horaires modifiés qui seront présentés :

  • Aux personnes éducatrices en service de garde régulières, par ordre d’ancienneté.
  • Aux personnes éducatrices en service de garde temporaires, en respectant leur horaire habituel.
  • Aux personnes surveillantes de dîner (s’il reste des besoins).

Les personnes doivent choisir un horaire modifié qui compte au moins autant d’heures que leur horaire habituel de la journée concernée (à moins d’un commun accord avec la direction).

L’école doit offrir aux personnes un horaire modifié qui compte au moins autant d’heures que leur horaire habituel de la journée concernée (à moins d’un commun accord avec la direction).

On ne peut pas vous imposer un horaire modifié, même si cet horaire modifié vous permet de suivre votre groupe habituel en sortie scolaire, ou de rester avec lui à l’école.

Concernant les pauses, les règles de la convention collective et les normes du travail s’appliquent de la même manière lors des journées pédagogiques :

  • Une pause payée de 15 minutes pour chaque bloc de travail continu de 3 heures et plus. Par exemple, pour un horaire modifié de 7h, une pause payée de 30 minutes peut être appliquée lors du lunch.
  • Une pause obligatoire de 30 minutes minimum – payée ou non – pour dîner, si vous effectuez 5 heures et plus de travail continu autour de midi.

Solidairement,

Votre comité exécutif.

PhotoCouvertureFB-V3