Infos-579 : Semaine de la relève syndicale 2017

image001

Advertisements

Infos-579 : journée nationale de commémoration et d’action contre les violences faites aux femmes

Aujourd’hui 6 décembre 2016, c’est la journée nationale de commémoration et d’action contre les violences faites aux femmes. Nationale parce que soulignée à travers tout le Canada. Mais à Montréal, cette commémoration prend une symbolique toute spéciale en raison des événements du 6 décembre 1989 de la polytechnique.

Cette année, plusieurs événements nous ont rappelés que les femmes sont encore souvent victimes de violence. Pensons aux femmes autochtones de Val d’or, aux femmes disparues et assassinées, aux étudiantes de l’Université Laval, aux situations d’harcèlement chez les femmes dans l’armée canadienne et à toutes celles qui subissent de la violence au travail.

Nous vous invitons à porter le ruban blanc, symbole de la victoire et de la mobilisation contre la violence faite aux femmes. Car, au travail comme partout, la violence faite aux femmes «  Faut que ça cesse maintenant! ».

Au SEPB-579, nous tiendrons une soirée conférence :

 « Les femmes autochtones avec nous, un féminisme » – Invitées : Widia Larivièr (co-fondatrice d’Idle No More-Qc), Alana Boileau (coordonnatrice de la FFAQ) et Wapikoni Mobile. À la tour FTQ : 565, Crémazie Est, salle Louis-Laberge, 18h.

6dec

Le soutien social

Le soutien social est essentiel dans la gestion personnelle des situations au travail. Il constitue un axe de satisfaction de bien-être et de santé psychologique. Il y a un lien entre le soutien social, l’aide mutuelle et la santé psychologique au travail. Ce soutien influence positivement le climat et la qualité de vie au travail. Il crée un effet protecteur et atténue, pour un certain temps du moins, l’impact négatif des sources de stress dans un milieu de travail.

Le soutien social et les délégués sociaux :

La force de notre soutien social repose dans notre écoute. Elle permet à une personne d’exprimer ses émotions et de partager une situation difficile dans un climat de confiance. Nous ne sommes pas des thérapeutes, mais de grands Écouteurs. L’écoute est une activité essentielle dans notre rôle de délégué social. Savoir écouter, c’est manifester de l’intérêt pour l’autre et être accueillant. Des interactions positives peuvent faire une grande différence : prendre un café avec un collègue, lui sourire, lui demander des nouvelles de sa situation ou des ressources offertes, écouter sans juger et accepter ses choix. Avec tous ces effets protecteurs dans nos milieux de travail, notre syndicat devient fort dans la prévention et la recherche du mieux-être de ses membres.

Je vous invite à visiter le lien suivant : http://le-havre.qc.ca/

Vous y découvrirez un centre  dont la mission est d’offrir de l’écoute. De plus,  le Havre est intégré à un important réseau de services communautaires et institutionnels, grâce auquel son action est plus efficace.

Jacinthe Boisvert, directrice et responsable DS SEPB-579

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Les 2 et 3 novembre : SOLIDARITÉ SYNDICALE

AVEC LE MOUVEMENT COMMUNAUTAIRE AUTONOME

Montréal, le 1er novembre 2015. – La section locale 579 du Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB-579) et le Syndicat de l’enseignement de l’Ouest de Montréal (SEOM) profitent des deux journées de grève du mouvement communautaire pour affirmer leur soutien solidaire à cette lutte contre l’austérité.

DU JAMAIS VU : le communautaire prend la rue pour deux jours de grève

Rappelons qu’à compter de demain, le lundi 2 novembre, plusieurs organismes œuvrant partout au Québec et notamment sur le territoire de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys (CSMB) seront en grève pour deux jours afin de dénoncer les politiques d’austérité du gouvernement libéral de Philippe Couillard et de revendiquer plus de justice sociale.

« À l’image de tant d’autres luttes actuelles, dont la nôtre pour l’école publique, mais aussi pour l’ensemble des services publics, les organismes communautaires décrient les conséquences désastreuses des politiques d’austérité du gouvernement libéral à leur endroit. Nous tenons aujourd’hui à témoigner notre solidarité », affirme le vice-président santé-sécurité et mobilisation du SEPB-579, Sébastien Barraud.

Les porte-parole syndicaux rappellent, à l’instar de la coalition Je soutiens le communautaire : « En coupant les services et en détériorant les droits des personnes marginalisées et en situation de pauvreté, l’austérité s’attaque aux organismes communautaires. Ainsi, plus les besoins de la population augmentent, plus les groupes sont sollicités, sans pour autant voir leur financement rehausser. »

Les revendications des organismes communautaires :

  • Le respect de l’autonomie des organismes communautaires et la reconnaissance de leur travail comme moteur du progrès social;
  • Le plein financement à la mission globale de tous les organismes d’action communautaire autonome qui y ont droit;
  • L’indexation annuelle des subventions pour suivre l’augmentation des coûts de fonctionnement;
  • La fin des compressions budgétaires et un réinvestissement majeur dans les services publics et les programmes sociaux.

« L’aveuglement idéologique du gouvernement Couillard, multipliant les coupes de tout acabit, annonce une catastrophe sociale à très court terme, qui touchera d’abord les femmes et les familles les plus précaires. Seule la solidarité de toutes et de tous – travailleuses et travailleurs, étudiantes et étudiants, chômeuses et chômeurs, citoyennes et citoyens des secteurs public comme privé – nous permettra de faire reculer ce gouvernement au service d’une élite financière », conclut la vice-présidente à la vie syndicale du SEOM, Caroline Proulx-Trottier.

– 30 –

Pour informations : Sébastien Barraud, SEPB-579, 514 271-1194 et Caroline Proulx-Trottier, SEOM, 514 823-2068.

Infos-579 : À propos de la Politique de gestion du « capital humain » de la CSMB

MARS 2015

Chère-e-s membres,

Nous avons déposé une lettre intersyndicale (SEPB-579, SEOM, SPPOM) concernant l’adoption de la Politique de gestion du capital humain proposée par la CSMB. Venez dire NON avec nous, les enseignants et les professionnels ! Pourquoi ?

√     Parce que nous sommes des employées et employés de la CSMB, pas des actifs précieux comme le projet de politique l’énonce.

√     Parce que nous refusons de troquer la réelle réussite éducative de nos élèves contre une gestion axée sur les résultats.

√     Parce que nous croyons que la communication c’est plus que la simple circulation de l’information.

√     Parce que nous méritons que notre engagement et notre compétence soient reconnus à leur juste valeur et non dictés par une politique de gestion du capital dit humain.

√     Parce que nous voulons être réellement consultés, écoutés, entendus et associés aux décisions lorsque nous en sommes par la suite imputables.

 Le mardi 10 mars 2015 à 19 h

CSMB : Salle des commissaires

1100, boul. de la Côte-Vertu

Syndicalement,

Votre Comité exécutif.