Infos-579 : Fin d’année scolaire et période estivale

JUIN 2019

Chère-e-s membres,

Les séances d’affectation sont passées et nous souhaitons féliciter les personnes qui ont obtenu un poste pour la première fois, ainsi que celles qui ont choisies de muter, de changer de secteur et/ou obtenu une promotion. Pour les personnes ayant volontairement muté ou changé de secteur, n’oubliez pas :

  • que vous devrez renégocier votre choix de vacances avec votre nouveau supérieur hiérarchique;
  • que si vous bénéficiez d’un congé sans traitement, il sera automatiquement fini au 1er juillet; vous devrez donc faire une nouvelle demande.

Nous vous souhaitons à toutes et à tous d’excellentes vacances estivales! Sachez que le bureau syndical sera fermé durant 4 semaines, du 15 juillet au 11 août 2019. Pour toute urgence, contactez le SEPB-Québec au 514-522-6511.

Personnel cyclique et chômage estival

La mise à pied du personnel cyclique arrive à grand pas. Certain-e-s d’entre vous vont devoir faire une demande de prestation chômage à l’assurance-emploi (AE). La CSMB va envoyer automatiquement votre relevé d’emploi aux services concernés. Les personnes qui ont pris leurs vacances juste après leur mise à pied fin juin doivent faire leur demande à l’AE à la date de leur dernier jour de vacances payé. Les personnes qui ont pris leur vacances juste avant le retour au travail fin août doivent faire leur demande à l’AE le lendemain de leur mis à pied fin juin. Si vous attendez plus de quatre semaines après votre dernier jour de travail pour faire votre demande de prestations, vous risquez de perdre des semaines de prestations. Lorsque votre dossier sera ouvert, vous pourrez déclarer vos revenus ou l’absence de revenu en ligne toutes les 2 semaines jusqu’à votre retour au travail. Attention, vos paies de vacances sont considérées comme des revenus! Déclarez-les. De plus, vous aurez pour commencer un délai de carence d’une semaine, sans revenu.

Pour toute question ou aide concernant l’assurance-emploi, nous vous invitons à contacter le Mouvement action-chômage de Montréal : 514 271-4099.

Personnel cyclique et assurance collective

Nous vous rappelons que le personnel cyclique régulier qui paie une prime La Capitale (en 20 fois, sur les paies 6 à 25 inclusivement) reste couvert pendant l’été. À ce propos, une erreur s’est glissée sur la paie 26 : une prime a été prélevée par erreur pour certains. Elle vous sera remboursée durant l’été.

 

Horaire d’été

Nous vous rappelons qu’en vertu d’une entente intervenue avec la CSMB, l’horaire de travail est réduit (pour un salaire identique) pendant la période estivale de la façon suivante : l’horaire de travail du personnel de soutien technique et administratif devra prévoir une réduction d’une demi-heure par jour pour la période du 2 juillet au 20 août 2019 inclusivement. De plus, lors des vendredis 5, 12 et 19 juillet ainsi que 9 et 16 août 2019, l’horaire de travail sera de 4 heures de travail seulement (ex. 8h à 12h, 8h30 à 12h30).

Cet horaire d’été s’applique au personnel régulier ou ayant un statut de plus de six (6) mois du secteur général, de l’adaptation scolaire et aux techniciennes en service de garde. Pour le personnel travaillant à temps partiel, il s’applique selon le même quantum pour la personne à l’horaire.

L’horaire régulier de travail reprend le mercredi 21 août 2019.

Réorganisation du bureau syndical

La prochaine année scolaire verra une réorganisation de votre équipe syndicale libérée à temps plein. L’équipe assurera du service les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 9h à 16h. Les mercredis seront dorénavant consacrés aux tournées des milieux de travail. Un calendrier vous sera communiqué en septembre prochain pour que vous puissiez connaitre la date de notre rencontre à votre lieu de travail.

Solidairement et en vous souhaitant un bel été,

Votre comité exécutif.

Publicités

Infos-579 : Assurance médicaments – Les centrales syndicales québécoises se réjouissent des recommandations du comité consultatif

JUIN 2019

 

Montréal, le 12 juin 2019. – La FTQ, la CSN et la CSQ se réjouissent des recommandations déposées au gouvernement fédéral aujourd’hui par le Comité consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments. Ce dernier recommande à Ottawa de mettre en place, d’ici le 1er janvier 2022, un régime public et universel d’assurance médicaments, et ce, en collaboration avec les gouvernements provinciaux et territoriaux. Les centrales syndicales demandent que les partis politiques fédéraux s’engagent, en prévision de la prochaine campagne électorale, à mettre en œuvre les recommandations du comité consultatif dans les meilleurs délais.

« Le rapport est très clair, indique le président de la FTQ, Daniel Boyer. La mosaïque de régimes particuliers présents au Canada — plus de 100 qui sont publics, pas moins de 100 000 privés — a entraîné de profondes iniquités en termes d’accès aux médicaments. Beaucoup trop de Canadiennes et de Canadiens ne prennent pas les médicaments dont ils ont besoin, faute de moyens ou encore en raison de la faible couverture de leur régime d’assurance privé. La recommandation principale va exactement dans le sens de nos revendications : seul un régime entièrement public et universel pourrait mettre un terme à ces injustices et répondre aux valeurs canadiennes en matière d’universalité d’accès aux soins de santé. »

Pour le président de la CSN, Jacques Létourneau, il était tout à fait approprié que le comité présidé par le docteur Eric Hoskins reconnaisse qu’il y a un vaste consensus dans ce dossier. « C’est l’ensemble de la société canadienne qui sortira gagnante d’un tel projet. Le rapport le mentionne explicitement : la multitude de régimes d’assurance médicaments nous fait perdre un extraordinaire levier de négociation auprès des compagnies pharmaceutiques. Nous partageons l’esprit du rapport à l’effet que le modèle hybride québécois n’est pas la solution appropriée. Il n’est pas normal que le prix des médicaments au Canada soit l’un des plus élevés parmi les pays de l’OCDE. Encore une fois, les conclusions auxquelles arrivent les membres du comité sont limpides : c’est l’ensemble de la société canadienne, que ce soit les travailleuses et les travailleurs, les entreprises et les différents paliers de gouvernements qui économiseront des milliards quand ce régime sera mis en place. »

La présidente de la CSQ, Sonia Éthier, se réjouit que les travailleuses et les travailleurs puissent avoir un meilleur accès aux médicaments. « Les primes de nos assurances augmentent année après année, principalement en raison de l’explosion des coûts des médicaments, indique-t-elle. Le rapport reconnait ce que nos membres nous disent à tous les jours : à chaque renouvellement de leur plan d’assurance, constatant l’augmentation de leurs primes, ils cherchent tous les moyens pour amenuiser l’impact financier, parfois en devant réduire leur couverture. Au final, c’est l’accès aux médicaments qui écope, et donc l’état de santé des travailleuses et des travailleurs. De plus, en raison des coûts, environ 10 % de la population québécoise ne consomme pas les médicaments qu’on leur prescrit, faute de moyens. Il s’agit d’un véritable problème de santé publique qui a un impact négatif sur l’ensemble de notre réseau de la santé. »

Alors que la campagne électorale prendra son envol au cours des prochaines semaines, les centrales syndicales du Québec exhortent les partis fédéraux à s’engager à mettre en œuvre les recommandations du rapport. Elles invitent également le gouvernement du Québec à mettre en place les conditions afin d’assurer une rapide mise en place d’un régime public et universel d’assurance médicaments.

La FTQ, la CSN et la CSQ représentent plus d’un million de travailleuses et de travailleurs. Ensemble, elles mènent depuis septembre dernier la campagne La pièce manquante visant la mise en œuvre d’un régime public et universel d’assurance médicaments.

Consultez le rapport final du Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments

ass med

Infos-579 : La FTQ quitte la table de négociation sur la relativité salariale et dénonce le Conseil du trésor

JUIN 2019

 

Chère-e-s membres,

 

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et ses syndicats affiliés dans le secteur public, SCFP, SQEES-298, SEPB et UES 800, ont quitté ce matin la table du comité conjoint des syndicats du secteur public et du Conseil du trésor dans le dossier de la mise en œuvre de la relativité salariale.

Face à l’intransigeance et le manque d’ouverture du Conseil du trésor qui refuse de reconnaître les années d’expérience des salariés déjà en poste dans les établissements, les représentants syndicaux n’ont eu d’autre choix que de mettre fin aux échanges qui ne faisaient que stagner dans le temps.

Il apparaît que le règlement actuel prévoit la reconnaissance des années d’expérience des employés nouvellement embauchés, alors que rien n’oblige l’employeur à reconnaître ces mêmes années d’expérience aux employés déjà dans l’établissement, ce qui fait qu’un nouvel employé peut gagner davantage qu’un travailleur déjà en poste ayant les mêmes années d’expérience.

Pour la FTQ et ses syndicats affiliés, cela est inacceptable. Le Conseil du trésor doit revoir sa position et faire preuve de logique.

 

Solidairement,

Votre comité exécutif.

Infos-579 : Temps supplémentaire

JUIN 2019

 

Chère-e-s membres,

Vous êtes de plus en plus nombreuses à faire du temps supplémentaire. Notre convention collective nous empêche de refuser du temps supplémentaire, et cela nous exposerait à de l’insubordination pouvant mener à des mesures disciplinaires. Et lorsqu’il ne reste plus qu’un seul personnel de soutien dans un milieu donné – par exemple une secrétaire d’école le 5 juillet – il est obligé d’effectuer du temps supplémentaire s’il reste des tâches à effectuer et qu’il est capable de faire.

Par contre, il n’est pas question non plus de faire du bénévolat ! Tout travail supplémentaire, s’il vous est demandé (ce qui ne sera pas forcément le cas), doit être payé ou compensé, et selon les règles en vigueur : au-delà de 7h/jour ou 35h/semaine (ou après la fermeture dans les services de garde), le temps supplémentaire doit être payé ou compensé en temps et demi (8-3.01, 8-3.06).

Avant d’effectuer ou d’accepter du temps supplémentaires, vous devez discuter des paramètres avec votre gestionnaire :

Sera-t-il payé dans « un délais maximum d’un mois » comme l’exige la convention collective (8-3.08), ou sera-t-il cumulé dans une banque de temps compensé?

Rien ne vous oblige à accepter que le temps supplémentaire soit cumulé en temps compensé. Il doit s’agir d’un commun accord avec le gestionnaire (8-3.05). La convention collective vous donne le droit de refuser et d’exiger qu’il vous soit payé. Mais il se peut alors que la direction ne vous offre plus de temps supplémentaire et le propose à une autre personne. Cela dit « si les heures supplémentaires peuvent être effectuées indifféremment par plus d’une personne salariée d’un classe d’emplois, la commission s’efforce de les répartir le plus équitablement possible entre les personnes salariées d’un même bureau, service, école, centre ou division territoriale » (8-3.03).

Si vous acceptez que le temps supplémentaire soit cumulé en temps compensé, quand est-ce que vous pourrez le reprendre? Quand vous le souhaitez, lors des journées pédagogiques, lors de la semaine de relâche? Là aussi, il doit s’agir d’un commun accord le gestionnaire, auquel cas la reprise doit s’effectuer dans les 60 jours (8-3.05).

D’autre part, si des tâches supplémentaires vous sont attribuées et que vous n’avez pas de temps supplémentaires pour les effectuer, ou que le temps supplémentaire attribué n’est pas suffisant, il y a fort à parier que votre gestionnaire devrait prioriser vos tâches ou vous demander de le faire. Dans le cas contraire, vous devez lui demander par écrit de le faire, en lui faisant la liste de vos tâches et le temps nécessaire à chacune d’elles.

Vous pouvez vous aider de cette lettre-type pour vous aider à faire cette demande de priorisation des tâches s’il y a lieu. Dans tous les cas, si vous avez le moindre doute ou avez besoin de précisions, appelez-nous !

Solidairement,

Votre comité exécutif.

Infos-579 : mouvements de personnel et sécurité d’emploi

MAI 2019

 

Chèr-e-s membres,

Les séances de mouvement de personnel et de sécurité d’emploi approchent (voir tableau ci-après). Nous vous invitons donc à prendre connaissance de ce courriel qui résume les notions importantes à connaître.


PRÉALABLES

Inscriptions

Les personnes salariées désirant participer aux séances d’affectation doivent s’inscrire en ligne sur le portail durant la période du 1er octobre au 1er mai de chaque année scolaire.

Plan de classification

Pour connaître la nature d’un emploi et ses attributions caractéristiques, il faut consulter le plan de classification.

Qualifications requises

Les qualifications requises (scolarité et expérience) prévues au plan de classification doivent être établies avant la tenue de la séance d’affectation.

Postes à exigences particulières

Vous pouvez vous référer au portail pour consulter le tableau des postes ayant des exigences particulières, ainsi qu’une brève description du contenu de chaque examen.  Si vous voulez vous inscrire, vous pouvez envoyer un courriel à l’adresse suivante: dotation@csmb.qc.ca. Veuillez noter que pour être doté d’un poste avec exigences particulières, vous devez avoir fait et réussi les examens avant la tenue de la séance d’affectation.

Procuration

La personne salariée qui ne peut se présenter à l’une des séances d’affectation doit fournir une procuration. Une copie dûment remplie et signée de cette procuration doit être fournie au Service des ressources humaines ainsi qu’au SEPB, et ce avant le jour de la séance d’affectation.


TYPES DE SÉANCES

Séance de sécurité d’emploi pour les personnes salariées régulières dans le secteur général et de l’adaptation scolaire

La première séance permet de relocaliser dans leur classe d’emploi, les personnes qui sont titulaires d’un poste aboli au 30 juin de l’année en cours. Chaque classe d’emploi peut avoir sa séance de sécurité d’emploi. Seules les personnes salariées régulières titulaires de postes dans la classe d’emploi visée sont admissibles à ces séances ainsi que les personnes salariées régulières touchées par une abolition de poste. Attention, ces personnes seront convoquées PAR COURRIEL à la séance d’affectation et de sécurité d’emploi concernée. Les postes libérés en cours de séances seront également offerts immédiatement durant les séances. La commission n’est pas tenue de procéder à l’abolition d’un poste qui fait l’objet d’une diminution ou d’une augmentation maximale de 10% du nombre d’heures ou pour les circonstances énoncées à 7-3.09 et 7-3.19.

Sécurité d’emploi pour les personnes salariées régulières travaillant dans le secteur des services de garde

La commission rappelle, en fonction de ses besoins et par service de garde, ancienneté et classe d’emplois, les personnes salariées. La personne salariée à temps complet qui ne peut être rappelée dans son service puisque les besoins offerts comportent une réduction du poste supérieure à 10% peut renoncer à être considérée comme une personne salariée non rappelée, ainsi qu’à sa protection salariale si elle est permanente, afin de pouvoir choisir un poste comportant un nombre d’heures moindre, et ainsi demeurer dans le service de garde de son école d’origine. Elle reçoit alors le traitement et les avantages reliés à ce nouveau poste. Elle conserve sa permanence sur ce nouveau poste.

Séance résiduelle pour le personnel régulier

Les postes restés vacants lors des séances de sécurité d’emploi des divers secteurs sont présentés dans les séances résiduelles. Les postes libérés par un ou une éducatrice en service de garde qui prendrait un poste nécessitant une période d’adaptation (voir ci-après), ne seront pas disponibles sur place. Les heures seront redistribuées dans les milieux concernés en début d’année.

Séance résiduelle pour le personnel temporaire

Les postes restés vacants lors de la séance résiduelle pour le personnel régulier sont présentés dans cette séance. Elle s’adresse au personnel temporaire prioritaire (inscrit sur la liste de priorité d’emploi) et au personnel temporaire. Le procédurier pour la séance d’affectation sur internet est disponible sur le portail administratif.


PÉRIODES D’ÉVALUATION SUR UN POSTE

Période d’essai (1-2.14 convention collective nationale)

Période d’emploi à laquelle une personne salariée est soumise pour devenir personne salariée régulière.

Cette période de 60 jours effectivement travaillés. Cependant, cette période est de 90 jours effectivement travaillés pour la personne salariée occupant l’un des postes de la sous-catégorie des emplois de soutien technique. Les jours calculés pour obtenir le statut de régulier doivent être des jours travaillés au pourcentage du poste. La personne salariée occupant un poste à temps partiel est soumise à une période d’essai d’une durée équivalente à celle prévue ci-dessus, selon le cas, ou à une période d’essai d’une durée de 9 mois consécutifs, soit la moindre de ces 2 périodes (calcul suspendu entre le 1er juillet et 2 jours ouvrables avant la rentrée du personnel enseignant du secteur des jeunes). Exemple : une personne qui détient un poste à 50% (17h30 par semaine) qui a une période d’essai de 60 jours sera évaluée durant 120 jours de travail.

Période d’adaptation (7-1.08 adaptations locales)

Une personne salariée se retrouve en période d’adaptation lorsqu’elle obtient une promotion (échelle salariale supérieure), lors d’une rétrogradation volontaire impliquant un changement de secteur, après toute première affectation dans un service EDA ou suite à un comblement de poste à l’école John-F.-Kennedy.

Cette période est de 50 jours effectivement travaillés pour toutes les classes d’emplois (calcul suspendu entre le 1er juillet et 2 jours ouvrables avant la rentrée du personnel enseignant du secteur des jeunes). Exemple : une personne régulière qui libère son poste de secrétaire à 100% pour prendre un poste d’agent de bureau classe I à 100% sera évaluée durant 50 jours de travail.

Un droit de retour est prévu pour la personne salariée qui décide de revenir à son poste dans les 20 jours travaillés suivant l’entrée en fonction, peu importe le pourcentage de poste détenu.

Suite à l’application des règles pour la relativité salariale en vigueur depuis le 2 avril 2019, celle-ci a eu pour effet d’uniformiser certaines échelles salariales. Par conséquent, certaines promotions qui avant provoquaient des périodes d’adaptation n’existent plus et son de simples mutations. Par exemple, secrétaire de gestion à secrétaire d’école ou de centre (pour plus de précisions, voir le Tableau actualisé des échelles salariales).


Solidairement,

Votre comité exécutif

Infos-579 : Derniers jours pour l’inscription en ligne aux séances annuelles d’affectation

AVRIL 2019

Chèr-e-s membres,

L’inscription en ligne aux séances d’affectation (« bassin ») pour le personnel de soutien administratif, technique et para-technique sera impossible après le 1er mai 2019 :

– Si vous n’êtes pas inscrit-e, vous ne pourrez pas participer au bassin (à moins que votre poste ne soit aboli), et donc vous ne pourrez pas changer s’il y a lieu de corps d’emploi, de poste (taux horaire) ou de milieu de travail.

– Vous n’êtes en aucun cas tenu de participer au bassin même si vous y êtes inscrit-e.

Bref, ça ne vous engage à rien sauf à vous permettre une certaine mobilité s’il y a lieu, c’est simple et ça vous prendra moins d’une minute. Si vous ne pouvez pas vous déplacer au bassin, vous pouvez toujours remplir une procuration à un collègue (voir ci-dessous).

Tel qu’expliqué dans un courriel envoyé aujourd’hui par la CSMB :

Pour vous inscrire, vous devez accéder à la page des séances d’affectation du personnel de soutien et cliquer sur la pastille bassin, dans la section droite de l’écran.

IMPORTANT : l’évaluation des dossiers débutera aujourd’hui et se prolongera jusqu’au 21 mai. Il est donc normal que votre dossier demeure « En évaluation » pendant plusieurs semaines. Toute modification aux corps d’emploi qui vous sont reconnus apparaîtra sur votre fiche d’employé.

Sur cette page, vous trouverez également une mine d’informations relatives aux séances d’affectation et au processus de qualification, notamment :

  • Dates des séances d’affectation de juin 2019 (voir section Calendrier)
  • Tableau synthèse des qualifications requises par corps d’emploi
  • Liste des postes à exigences particulières
  • Calendrier des séances d’examen (avril et mai 2019)
  • Guide pratique des séances d’examen 2018-2019

D’autre part, n’oubliez pas de consulter, et éventuellement imprimer votre « Fiche de l’employé » disponible sur la même page en cliquant sur l’onglet en haut à gauche (à côté de l’onglet « Accueil »). Cela vous permettra de vérifier les informations vous concernant, vous assurer des corps d’emploi auxquels vous êtes admissibles, et le cas échéant de le montrer à l’employeur lors d’une séance d’affectation.

Enfin, vous trouverez le formulaire de procuration au format .pdf (« Procuration_SEPB ») en bas de la même page, sous l’onglet Informations relatives aux séances.