Catégories
Info-Négo Membres

Info-Négo 2022-2023 : Le Front commun rejette les offres patronales

Le Front commun rejette unanimement les offres initiales déposées par le Conseil du trésor le 15 décembre dernier dans le cadre des négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public, dont des augmentations salariales de 9 % sur 5 ans. D’une seule voix, les instances respectives de la CSN, de la CSQ, de la FTQ et de l’APTS ont jugé ces propositions gouvernementales carrément insuffisantes pour résoudre les graves difficultés qui minent les services publics.

« Face à une pénurie de main-d’œuvre historique et à des défis colossaux pour attirer et retenir le personnel, le gouvernement du Québec offre ni plus ni moins qu’un appauvrissement aux travailleuses et aux travailleurs en leur présentant des augmentations salariales qui ne couvrent même pas celle du coût de la vie. Ça ne passe tout simplement pas auprès de nos membres! Nous travaillerons donc activement aux tables de négociation pour faire entendre leurs voix, puisque la proposition gouvernementale est complètement déconnectée des besoins pour revaloriser nos réseaux publics », font valoir les porte-parole du Front commun, François Enault, premier vice-président de la CSN, Éric Gingras, président de la CSQ, Magali Picard, présidente de la FTQ, et Robert Comeau, président de l’APTS.

Des offres insultantes et des délais préoccupants

Rappelons qu’en plus de devoir composer avec un taux d’inflation record, les travailleuses et les travailleurs des services publics accusent un retard de 3,9 % de leur rémunération globale par rapport à celle des autres travailleuses et travailleurs du Québec. Ce gouffre s’élève à 11,9 % si on ne tient compte que des salaires. Pour combler ce retard et revaloriser les emplois du secteur public, le Front commun réclame d’une part, un mécanisme permanent de protection contre l’inflation et, d’autre part, un enrichissement visant un rattrapage salarial général. Ainsi, pour l’année 2023, il revendique 100 $ par semaine ou l’indice des prix à la consommation (IPC) +2 % (selon la formule la plus avantageuse), pour 2024, l’IPC +3 % et, finalement, pour 2025, l’IPC +4 %.

De plus, cette offre initiale du gouvernement s’attaque aussi au Régime de retraite du personnel employé du gouvernement et des organismes publics (RREGOP) en proposant de réduire la rente du RREGOP en raison de la récente bonification du Régime des rentes du Québec (RRQ). Elle contient aussi des mesures afin de retarder l’âge de la retraite avec pleine compensation pour certaines personnes ayant consacré toute leur carrière aux services publics.

« D’un côté de la bouche, le gouvernement n’offre pas de quoi couvrir la hausse du coût de la vie pour les travailleuses et les travailleurs des services publics. De l’autre, il se demande pourquoi nous avons des problèmes majeurs d’attraction et de rétention du personnel. Nos propositions pour remédier à la pénurie de main-d’œuvre dans nos réseaux sont inscrites noir sur blanc dans les cahiers de revendications du Front commun. On ne voit pas en quoi ce dépôt patronal, qui ressemble pour l’heure à un exercice gouvernemental de relations publiques, bénéficiera à la population ainsi qu’aux travailleuses et aux travailleurs du secteur public », ajoutent les porte-parole du Front commun.

Fort du mandat lui ayant été confié par ses membres, le Front commun demande maintenant au Conseil du trésor d’entamer les négociations à la table centrale pour mettre en place les mesures nécessaires afin de redevenir un employeur compétitif et attirant pour améliorer l’accessibilité et la qualité des services en éducation, dans la santé et les services sociaux ainsi qu’en enseignement supérieur.

« Nous avons entendu l’appel de la ministre LeBel nous invitant à négocier le 11 janvier dernier. Le Front commun est bien sûr prêt à travailler aux tables de négociation. Mais cela doit être réciproque. Des mandats devront en effet être donnés par le Conseil du trésor afin que ces pourparlers permettent la mise en œuvre des solutions nécessaires pour assurer l’avenir des services publics », concluent les porte-parole, tout en faisant valoir qu’il est malheureusement difficile pour le moment de fixer des dates de négociation à la table centrale.

Statistiques pour mieux comprendre les enjeux de cette négociation

  • Moyenne salariale des employées et employés du secteur public membres du Front commun : 43 916 $
  • Retard salarial : 11,9 %
  • Retard de rémunération globale : 3,9 %
  • Pourcentage de femmes parmi les membres du Front commun : 78 %
  • Échéance des conventions collectives : 31 mars 2023

Pour plus d’information sur la négociation en cours : https://www.frontcommun.org/.

Catégories
Info-Négo Membres

Info-Négo 2022-2023 : Demandes syndicales à la table sectorielle

Chèr·e·s membres,

Vous n’avez pas pu venir à notre Assemblée générale spéciale du 20 septembre dernier? Vous voulez tout savoir sur les demandes syndicales à la table sectorielle?

C’est simple, le SEPB ont fait un site internet spécialement pour cela :

Solidairement,

Votre comité exécutif.

Catégories
Info-Négo Membres

Info-Négo 2022-2023 : Table sectorielle

Catégories
Info-Négo Membres

Les « offres » du gouvernement au front commun, une grave insulte pour 420 000 travailleuses et travailleurs des services publics

Alors que les services publics sont fragilisés et qu’ils font face à une crise de main-d’œuvre sans précédent à laquelle s’ajoute une inflation historique, que propose le gouvernement Legault aux travailleuses et aux travailleurs des services publics ???

Donc pour découvrir les offres honteuses du gouvernement, notamment au niveau salarial, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

Solidairement,

Votre comité exécutif.

Catégories
Info-Négo Membres Pratique

Info-Négo 2022-2023 : RREGOP, un régime de retraite en excellente santé à l’aube de la négociation

Chèr·e·s membres,

Veuillez prendre connaissance du dépliant d’information sur nos régimes de retraites dans le cadre de la négo nationale en cours :

Cliquer pour accéder à info-nego-front-commun-rregop.pdf

D’autre part, voici des liens pour écouter le Facebook live d’hier sur les revendications de la table centrale, et aussi une brochure qui explique dans les détails l’ensemble de nos revendications.

Solidairement,
Votre comité exécutif.

Catégories
Membres

Infos-579 : Communiqué intersyndical sur la suppléance et la surveillance

Chers collègues,

Suite à une rencontre intersyndicale entre le SEPB-579 (Syndicat des employés de soutien technique et administratif) et le SEOM (Syndicat des enseignants de l’ouest de Montréal). Les représentants des deux syndicats ont convenu que c’est le syndicat des enseignantes et des enseignants qui protègent les droits des suppléantes et suppléants dans les classes. Les clauses pertinentes des conventions collectives du SEOM sont les clauses 8-7.11 de l’Entente locale et 1-1.44 de l’Entente nationale. Dans les faits, aucune clause ne régit le travail du suppléant dans la convention collective des employés de soutien, ce qui rendait difficile le travail des représentants du SEPB qui avaient du mal à pouvoir intervenir dans ces situations, car le droit ne s’appliquant pas dans le contrat de travail.

Il est donc essentiel pour le bon fonctionnement de nos milieux que tout salarié syndiqué par le SEOM et le SEPB sachent que s’ils font de la suppléance, soit un remplacement d’une période complète, doivent être payés comme il se doit, soit le salaire d’une personne suppléante. Pour les surveillants et surveillantes ou tout autres employés de soutien, par exemple les éducateurs ou éducatrices spécialisées, qui font de la suppléance, doivent être payés en conséquence.

Si toutefois, vous doutez que vos droits ne soient pas respectés, vous pourrez communiquer avec le SEOM qui répondra à vos questions et soumettra en relation de travail votre problématique si les clauses ci haut mentionnées ne sont pas respectées. N’oubliez pas de bien documenter votre dossier pour aider les représentants dans votre dossier. Aussi n’oubliez pas que la première étape avant de consulter les représentants syndicaux est d’en parler avec le supérieur immédiat. Si aucune action n’est entreprise pour corriger la situation litigieuse, communiquer avec votre représentant du SEOM. Les coordonnés se trouvent sur le babillard syndical à cet effet.

Sinon ci-bas les numéros des syndicats.

SEOM : 514-637-3548

SEPB-579 : 514-271-1194

Solidairement,

Votre comité exécutif.

Catégories
Membres Santé-Sécurité

Bulletin DS : 12 jours contre les violences faites aux femmes

Comme vous le savez, nous sommes actuellement dans les 12 jours contre les violences faites aux femmes. La campagne débutait le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et se termine le 6 décembre, Journée de commémoration de l’attentat antiféministe du 6 décembre 1989 déclarée Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes.

Cette année, la campagne des douze jours se déroule sur le thème:

Transformer pour guérir, guérir pour transformer : Déracinons les violences.

Comment rendre hommage aux victimes de cette tragédie le 6 décembre : 

-Portez un ruban blanc. Vous pouvez en faire un à la maison.

-Observez une minute de silence à 11 h

Si vous vivez de la violence, contactez le service d’urgence 9-1-1 ou

https://sosviolenceconjugale.ca/fr

Daniel Ratelle

Coordonnateur des personnes déléguées sociales

SEPB 579

514-271-1194

ds@sepb579.ca

Catégories
Membres

Infos-579 : Sondage maintien de l’Équité salariale 2020

Dans le cadre du maintien de l’équité salariale 2020, le comité d’évaluation des emplois du SEPB demande de nouveau à toutes les sections locales de partager à leurs membres le sondage ci-dessous.  Les récentes ententes d’équité salariale ont permis à nos membres de constater l’importance de ce dossier et de se questionner sur leur propre titre d’emploi. Certains n’avaient pas répondu au questionnaire soumis en 2021 donc nous souhaitons laisser la chance à ces personnes de le faire.

Afin d’effectuer les travaux d’évaluation du maintien de façon optimale, le comité a besoin de connaître les changements qui sont survenus dans les titres d’emploi entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2020. Grâce à ces informations, nous nous assurerons que les emplois sont évalués à leur juste valeur.

Bien que la Loi sur l’équité salariale prévoie que les ajustements salariaux ne sont versés qu’aux emplois à prédominance féminine, nous souhaitons aussi connaître les changements survenus dans tous les titres d’emploi, car ils se doivent d’être tous bien évalués. De plus, le Conseil du trésor dit avoir fait enquête pour tous les titres d’emploi alors que nous voulons nous assurer qu’ils ont les bonnes informations.

*Il est important de comprendre que la charge de travail n’est pas un changement considéré en équité salariale. Par changement ou évènement, on entend : nouvelle tâche, nouvelle responsabilité, nouvelle exigence, modification législative, etc.

Date limite du sondage : 9 décembre 2022

https://fr.surveymonkey.com/r/sondage_maintien_2020_Fr

Merci de votre collaboration

Solidairement,

Votre comité exécutif.

Catégories
Membres Pratique Santé-Sécurité

Bulletin DS : Mois des dépendances (novembre)

Est-ce que tu as déjà entendu parler des personnes déléguées) sociales?

Ce sont des personnes-ressource qui ont le souci de ton bien-être et de celui des autres. Elles t’offrent une aide d’égal à égal et confidentielle. Elles peuvent t’accompagner, te soutenir et t’orienter vers les ressources en lien avec tes besoins (alimentaires, invalidité, détresse financière, psychologique, physique, etc.).

Notre priorité en tout temps est d’agir en toute confidentialité.

Notre équipe de personnes déléguées sociales est une ressource d’entraide mise à ta disposition, même après les heures de travail. Elle est là pour toi bénévolement!

Le mois de novembre est le mois des DÉPENDANCES,

Si tu vis des situations qui te poussent à jouer compulsivement, à consommer une OU des substances (alcool, drogue, etc.) OU que tu établis des relations affectives tumultueuses et que cela handicape ta vie ou celle de ton entourage, sache que tu n’es plus seul·e.

Tu peux recevoir du support. Une aide empreinte de bienveillance et sans aucun jugement de notre part. Nous sommes une équipe qui désire t’aider et te soutenir en toute confidentialité.

Il peut nous arriver à tou·te·s de consommer certaines substances légales ou illégales pour différentes raisons : le plaisir, l’expérimentation, l’automédication, la performance, etc.

Lorsque celle-ci devient un motif pour assainir ta douleur, ton anxiété, ton insomnie, tes souffrances, que celle-ci provienne de source naturelle ou synthétique, elle peut risquer d’assombrir ton état de santé physique et mentale.

Elle peut t’encrer de plus en plus dans la tristesse, l’auto-stigmatisation, l’impuissance, la peur, l’exclusion, l’impulsion suicidaire, le rabaissement, la perte de contrôle, la dysfonction sociale et l’aggravation de ta consommation.

Si tu désires aller mieux, il existe une variété de moyens en fonction de tes besoins.

Tu es une personne à part entière et tu es importante pour nous.

Tu es notre priorité, car tu es important·e pour nous. Si t’as besoin d’aide ou de soutien, on est là pour toi! 

Daniel Ratelle

Coordonnateur des personnes déléguées sociales

SEPB 579

514-271-1194

ds@sepb579.ca

Catégories
Info-Négo Membres

Info-Négo 2022-2023 : Le front commun dépose ses revendications (communiqué)

« Nous, d’une seule voix » | Le Front commun dépose ses revendications

Québec, le 28 octobre 2022. – Le Front commun a présenté aujourd’hui ses revendications au Conseil du trésor dans le cadre de la ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public qui s’amorce.

« Notre message au gouvernement est clair : nous, d’une seule voix, réclamons des conditions de travail et salariales à la hauteur des services que nous rendons à la population », ont fait valoir François Enault, premier vice-président de la CSN, Éric Gingras, président de la CSQ, Robert Comeau, président de l’APTS, et Daniel Boyer, président de la FTQ, à la sortie du Conseil du trésor, ce matin.

« Aujourd’hui, pour les quelque 420 000 travailleuses et travailleurs des réseaux de l’éducation, de la santé et des services sociaux et de l’enseignement supérieur que nous représentons, il s’agit d’une étape importante du processus de négociation qui s’enclenche. Parce qu’au fil des ans, les conditions de travail se sont largement dégradées et les salaires sont devenus nettement insuffisants. Offrir des services de qualité et œuvrer au bien-être de la population, c’est une priorité. Mais encore faut-il avoir les moyens de le faire… et assez de monde pour le faire! », d’ajouter les leaders syndicaux.

Les revendications portées par le Front commun sont issues d’un large processus de consultations auprès de ses membres et visent notamment un enrichissement et une protection permanente contre l’inflation qui garantit le maintien de leur pouvoir d’achat.

Concrètement, la revendication salariale se détaille comme suit :

  • Pour 2023 : une hausse de 100 $ par semaine pour l’ensemble des travailleuses et des travailleurs OU l’application d’un mécanisme permanent d’indexation annuelle basé sur l’indice des prix à la consommation (IPC), plus une hausse de 2 %, selon la formule la plus avantageuse.
  • Pour 2024 : application d’un mécanisme permanent d’indexation annuelle basé sur l’IPC, plus une hausse de 3 %.
  • Pour 2025 : application d’un mécanisme permanent d’indexation annuelle basé sur l’IPC, plus une hausse de 4 %.

Outre la revendication salariale, d’autres demandes sont également portées par le Front commun, notamment en ce qui concerne :

  • la retraite;
  • les droits parentaux;
  • les disparités régionales;
  • les assurances collectives.

Les organisations syndicales qui composent le Front commun rappellent que ces femmes et ces hommes qui œuvrent avec cœur et fierté chaque jour font partie du quotidien des Québécoises et des Québécois. Il ne se passe pas une semaine sans qu’il ne soit question, dans l’espace public, de leurs conditions de travail difficiles, de la pénurie de personnel et des conséquences majeures qui en découlent sur les services offerts à la population.

« Le moment est venu d’agir concrètement. Et ça passe nécessairement par la négociation. Il est urgent d’améliorer les conditions de travail et de rehausser les conditions salariales. Nous souhaitons que cette négociation se déroule avec le sérieux que commande le contexte actuel. La balle est maintenant dans le camp du gouvernement », ont lancé les dirigeants syndicaux.

À propos du Front commun

Réunies en Front commun pour les négociations du secteur public 2023, la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) représentent plus de 420 000 travailleuses et travailleurs de l’État québécois dans les secteurs publics, en éducation, en santé et dans les services sociaux ainsi qu’en enseignement supérieur. Les conventions collectives viendront à échéance le 31 mars 2023.

Plus d’informations disponibles à frontcommun.org

– 30 –

Renseignements

Noémi Desrochers, CSN

Cellulaire : 514 216-1825

noemi.desrochers@csn.qc.ca

Maude Messier, CSQ

Cellulaire : 514 213-0770

messier.maude@lacsq.org

Jean Laverdière, FTQ

Cellulaire : 514 893-7809

jlaverdiere@ftq.qc.ca

Maxime Clément, APTS

Cellulaire : 514 792-0481

mclement@aptsq.com